Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 14:36

COMMUNIQUE DE PRESSE
31 octobre 2013

Accès à la contraception pour les mineurs dans le PLFSS 2014 : la politique des tous petits petits pas.
Le Planning Familial prend acte des mesures proposées par la Ministre des affaires sociales et de la santé pour la contraception des mineurs de 15 ans et plus dans le projet de loi de finances de la Sécurité Sociale 2014 en prolongement des mesures prises dans la même loi fin 2012.
S’il peut se réjouir de la prise en compte, enfin, via l’instauration du tiers payant, des consultations et examens biologiques liés à une délivrance de contraception hors centres de planification, Le Planning Familial regrette une fois encore, l’aspect inabouti des mesures proposées.
En effet, persiste dans ce PLFSS 2014 ce que Le Planning Familial regrettait déjà en 2012, à savoir :
- Le maintien d’un âge plancher à 15 ans. Si ces mesures visent, comme elles sont annoncées, à permettre un meilleur accès à la contraception pour les mineures en élargissant les lieux et prescripteurs en plus des 1200 CPEF, trop peu nombreux et difficilement accessibles pour des jeunes notamment en zone rurale, pourquoi introduire cette discrimination liée à l’âge et au territoire ?
- La non confidentialité pour des mineures le souhaitant avec pour seule réponse le renvoi en centres de planification. En effet, si ce dispositif allège quelque peu la charge financière pour les jeunes quant à l’accès à la contraception, il reste cependant que cette consultation ou les examens apparaitront sur le relevé des parents, tout en oubliant qu’il faudra une carte vitale, personnelle à 16 ans. Persistent donc d’autres discriminations entre jeunes : financière d’une part et entre jeunes qui peuvent parler de ce sujet avec leur famille et ceux qui ne le peuvent ou ne le veulent pas, d’autre part.
- L’absence de choix contraceptif puisque seuls les contraceptifs oraux, les dispositifs intra-utérin et les implants sous cutanée sont concernés par le dispositif gouvernemental.
Pour Le Planning Familial, améliorer l’accès à la contraception des mineurs repose sur :
- La prise en charge à 100 % de la contraception des mineurs, quelle que soit la méthode, telle que prévue depuis 1973 par la loi.
- La confidentialité de la prescription, des examens et des produits pour les jeunes qui souhaitent se protéger sans pouvoir compter sur l’appui des parents. A noter sur ce point que les dispositifs mis en place dans les centres de planification et potentiellement extensibles aux autres prescripteurs garantissent le suivi et la traçabilité en termes de prescription de produits
- La mise en place d’un réseau d’acteurs formés autour de la contraception pour améliorer l’accessibilité par un meilleur maillage territorial fonctionnant comme les centres de planification.
- Enfin, l’accès à l’information en matière d’éducation à la sexualité incluant la lutte contre les stéréotypes genrés, pour les filles comme pour les garçons, et l’information sur l’ensemble des méthodes de contraception y compris masculines dans une logique d’égalité quant à la maitrise de sa fécondité.
En conséquence, le PLFSS 2014 améliore un peu le dispositif mis en place en 2013 mais Le Planning Familial regrette que la politique volontariste annoncée par le candidat Hollande se traduise par cette politique des tous petits petits pas.
Contacts presse : Marie Pierre Martinet # 06 70 19 83 48

Partager cet article

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans informations
commenter cet article

commentaires