Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 19:07

« Grosse fille boudinée », fille sans dot, ce matin dans sa revue de presse sur France Inter, Bruno Duvic grime les régions en femmes en quête de mari.

« C'est un bal à l'ancienne, une cérémonie des Miss Régions avec François Hollande en Madame de Fontenay. » Ce mercredi matin, sur France Inter, Bruno Duvic, auteur de la revue de presse matinale est tout émoustillé. Il rend compte des réactions des journaux au nouveau découpage des régions proposé par François Hollande sous un angle qu’il semble trouver aussi original que désopilant : une métaphore dans laquelle les régions sont des candidates Miss Frances affolées. Et qui dit Miss France, dit poncifs sur les femmes en général, leur physique et ce qui doit être leur seule raison de vivre : être désirables.
« A l'autre bout, une grosse fille qui a mangé trop de mille-feuilles est boudinée dans son maillot trois pièces Miss Limousin, Poitou-Charentes et Centre. Quolibets dans la salle. ‘Personne n'en veut !’ crie L’Écho Haute-Vienne. La Charente Libre et La Nouvelle République sifflent à ses côtés. » Et ça continue longtemps sur le même ton...
Après le physique, la dot de la future mariée : « On compare les profils, les héritages. La jolie Bourgogne épousera la Franche-Comté. (…) La dot de la Franche-Comté n'est pas fameuse.» Ce qui permet à Patrick Cohen, animateur du 7/9, de rebondir : « Et pendant ce temps-là, Provence Alpes Côte d'Azur reste célibataire et toute seule. »

Les deux journalistes de France Inter sont-ils nostalgiques d’un temps où les femmes étaient propriété des hommes ? Bien sûr on sera prié de comprendre que c’est de l’humour. Mais pourquoi avoir choisi cet angle ? Pourquoi ne pas avoir choisi le thème des barons locaux qui font mine de vouloir une réforme et manigancent pour rester accrochés à leurs pouvoirs comme des moules à leur rocher ? Il y aurait de quoi faire tordre de rire les auditeurs de France inter au petit matin...

Les Miss France, elles, n’ont rien demandé. Leur directrice générale, Sylvie Tellier dit à ceux que le sujet semble passionner que le concours évoluera en fonction du redécoupage.

Partager cet article

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry
commenter cet article

commentaires