Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 20:47

Thierry Mandon, nouveau “Monsieur Réforme de l’État”

Le député PS de l'Essonne, nommé secrétaire d'État à la Réforme de l'État et à la Simplification, hérite d'un poste taillé à sa mesure. Il se dit “motivé” par ces “deux sujets essentiels” pour le pays.

Informé en milieu d'après-midi, mardi 3 juin, par François Hollande de son entrée au gouvernement, Thierry Mandon, est le nouveau secrétaire d'État en charge de la Réforme de l'État et de la Simplification. “Je suis très surpris, très sensible et très motivé car ce sont deux sujets essentiels pour le pays”, a-t-il affirmé dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

Sa nomination n'est en réalité qu'une demi-surprise. À l'aise avec le discours proentreprises de François Hollande, qui l'avait promu en janvier copilote du Conseil de la simplification au côté de l'ex-P.-D.G. d'Unibail, Guillaume Poitrinal, ce député de 56 ans accède, au gouvernement, à un poste qu'il souhaitait, deux mois après l'arrivée de Manuel Valls à Matignon, auquel il va être rattaché.

Son positionnement semble tenir compte des critiques qui sont apparues en coulisses ces derniers temps, à la fois sur le manque d’autorité politique au quotidien sur ce sujet, mais aussi sur le manque de volontarisme.

À ses yeux, “la réforme de l'État est plus indispensable que jamais, à plus forte raison au moment où on décide de réorganiser les collectivités territoriales ce qui, immanquablement, impliquera de repenser l'État sur des bases nouvelles”. Et pour celui qui est déjà copilote du Conseil de simplification, “on sait ce qu'il faut faire pour la simplification grâce à la méthode mise en place et on sait comment il fallait que la mise en œuvre soit attribuée”.

Soutien politique

Le nom du préfet Jean-François Carenco avait été avancé ces derniers jours pour un poste inédit de haut commissaire à la Réforme de l’État. Nomination qui aurait de fait posé la question d'une appartenance de ce haut fonctionnaire proche de Jean-Louis Borloo au gouvernement Valls.

Spécialiste des sujets “réforme de l'État”, Thierry Mandon, au profil plus politique qu'administratif, est entré en politique en 1984.

Ancien lieutenant d'Arnaud Montebourg pendant la primaire PS avant la présidentielle de 2012, il est désormais perçu, selon un “hollandais”, comme “un soutien véritable de la politique du chef de l'État”. Il n'a pas manqué d'épingler, quelques heures avant sa nomination, devant la presse, la “confrérie des immobiles” opposés à la refonte des régions dévoilée par le président de la République et risquant “d'accentuer la coupure entre les Français et le monde politique”.

À droite, un député UMP chevronné apprécie d'ailleurs ce membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale, “sérieux, pas idéologue”. Amateur d'opéra et de littérature germanophone, père d'un enfant, ce natif de Lausanne s'échappe régulièrement aux États-Unis pour nourrir sa quête d'idées innovantes.

Xavier Sidaner

Partager cet article

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans informations
commenter cet article

commentaires