Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 14:40

Le présentateur australien Karl Stefanovic a porté le même costume à l'antenne pendant un an sans subir la moindre remarque. « Alors que les femmes, la plupart du temps, ne sont jugées que sur ce qu'elles portent », dénonce-t-il.

Karl Stefanovic, superstar anti-sexiste. Ce présentateur vedette de la télévision australienne est depuis deux jours l'objet d'articles de presse dans le monde entier pour son expérience vestimentaire engagée. Pendant une année entière, à de rares exceptions près, il a porté le même costume pour présenter sa matinale quotidienne sur la chaîne Channel Nine. Une façon de dénoncer le double standard de l'apparence qui s'applique aux personnalités de la télévision selon qu'elles sont hommes ou femmes.

Il n'a pas changé de costume pendant un an, et « personne n'a remarqué, tout le monde s'en fout. », a expliqué Karl Stefanovic le 15 novembre. « Mais les femmes, il suffit d'une mauvaise couleur pour qu'on leur tombe dessus. Un mot de travers et voilà des milliers de tweets pour les critiquer ». Et d'insister : « On me juge sur mes interviews, mon terrible sens de l'humour – tout simplement sur la façon dont je fais mon travail. Alors que les femmes, la plupart du temps, ne sont jugées que sur ce qu'elles portent ou sur leur coiffure ».

Si Karl Stefanovic a décidé de faire cette expérience, c'est en réaction à un discours de sa consoeur Lisa Wilkinson. Le 25 octobre 2013, cette dernière était l'oratrice – la deuxième femme seulement en 16 ans - d'une conférence annuelle des journalistes australiens, la Andrew Olle Lecture. Elle y avait alors délivré un discours puissant sur le sexisme dans la presse. En dénonçant notamment cette obsession de l'apparence qui ne concerne que les femmes à l'écran. « Je ne vous mens pas : même en préparant le discours de ce soir, la question la plus fréquente qu'on m'a posée n'a pas été 'Qu'est-ce que tu vas dire?' mais 'Qu'est-ce que tu vas porter ?' ».

Dans son discours, Lisa Wilkinson s'en prenant aussi à l'hypocrisie des médias en général, qui « se délectent de publier des sujets sur le sexisme » en oubliant qu'il sont tout aussi « coupables de traiter les femmes différemment des hommes ».

Partager cet article

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Femmes
commenter cet article

commentaires