Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 09:19

les Nouvellesnews

Créé le lundi 22 décembre 2014 12:20 Écrit par Arnaud Bihel

Share38

Lors de sa conférence de presse de fin d'année, le président des Etats-Unis n'a admis que les questions de journalistes femmes. Manière de rétablir un équilibre.

Discrimination positive à l'américaine. Lors de sa conférence de presse de fin d'année à la Maison Blanche, vendredi 19 décembre, Barack Obama n'a répondu qu'à des journalistes femmes.

L'opération avait été prévue à l'avance. Un homme a bien tenté une question à l'issue de l'exercice, mais n'a pas obtenu de réponse du président.

C'est en 1962 qu'une femme, Helen Thomas (décédée l'an dernier), a été pour la première fois accréditée à la Maison Blanche. « Mais la corporation reste dominée par les hommes », constate Nia-Malika Henderson, du Washington Post, qui salue cette initiative de Barack Obama.

Les 8 femmes journalistes qui ont interrogé le président étaient par ailleurs issues de la presse écrite, alors que l'exercice est « traditionnellement dominé par les journalistes masculins de la télévision », note Zeke Miller, du magazine Time, qui juge cette conférence de presse « historique ». Ces représentants des chaînes ont d'ailleurs déjà tous interrogé deux fois chacun Barack Obama depuis les élections de mi-mandat, début novembre.

« Occasion unique » ou cadeau de Noël ?

Place aux femmes, donc a estimé le responsable de la presse à la Maison Blanche Josh Earnest, cité par Zeke Miller : « Il s'avère que de nombreuses femmes, de divers organes de presse, exercent la lourde tâche de couvrir l'actualité du président des Etats-Unis. Quand nous avons commencé à recevoir la liste des intervenants, nous avons estimé que nous tenions une occasion unique de mettre en lumière cette situation au cours de cette conférence de presse de fin d'année, particulièrement observée ».

Dans le concert de louanges qui a suivi cette initiative, une voix un peu plus critique : celle de Jane Merrick, dans le britannique The Independent. Elle salue certes ce choix de Barack Obama, mais se demande : « Pourquoi ne se montre-t-il pas égalitaire tout au long de l'année ? Une femme journaliste, ce n'est pas que pour Noël ».

Dans le Wall Street Journal, Natalie Andrews et Sarah Portlock remarquent par ailleurs une situation opposée à celle de la conférence de presse de la Maison Blanche : deux jours plus tôt, la totalité des 15 journalistes qui ont interrogé la patronne de la Réserve Fédérale, Janet Yellen, étaient des hommes. La raison : aucun des grands organes d'information qui couvrent la Fed n'avait envoyé de femme journaliste à cette occasion

Partager cet article

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans informations
commenter cet article

commentaires