Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 17:29

La pilule du désir féminin repasse à l'action

Créé le mercredi 18 février 2015 14:53 Écrit par Arnaud Bihel

inShare7

Après deux échecs, un laboratoire brigue à nouveau l'autorisation de la Flibanserin, pilule agissant sur la libido des femmes. Ce serait la première du genre, près de 20 ans après le premier traitement pour les hommes. Le labo joue la carte féministe.

Non, il ne s'agit pas de 50 nuances de Grey, mais d'une « pilule rose » pour stimuler la libido féminine. La nouvelle fait bien moins de bruit que le Viagra en son temps, mais le laboratoire américain Sprout a déposé mardi 17 février une nouvelle demande d'autorisation pour sa Flibanserin auprès de l'autorité pharmaceutique, la FDA. Cette pilule, la première du genre, est censée agir sur le cerveau pour traiter le manque de désir sexuel chez les femmes
(un autre type de traitement, le Lybrido, toujours en phase de test, avait fait parler de lui en 2013 – Voir : Viagra pour femmes ? Pas si vite !).

La troisième fois sera-t-elle la bonne ? Par deux fois déjà, en 2010 et 2013, la FDA a rejeté la demande d'autorisation de la Flibanserin, jugeant les effets bénéfiques de la pilule trop limités par rapport à ses éventuels effets secondaires.

Pour accompagner sa troisième demande, le laboratoire a dépassé le seul débat sur l'intérêt médical. Il a lancé une vaste campagne de communication féministe, accompagnée d'un site internet, "Even the Score", appelant à « l'égalité de traitement devant la santé sexuelle ». Soutenu par des parlementaires et plusieurs associations de défense des droits des femmes, le laboratoire argue que de nombreux médicaments pour améliorer la libido masculine sont déjà sur le marché, quand aucun traitement similaire n'existe pour les femmes. Alors qu'elles sont autant que les hommes, voire davantage, à connaître des troubles de la libido.

De quoi dénoncer un parti pris sexiste de la FDA. « Il me semble qu'on place davantage de barrières devant ce médicament que devant ceux qui traitent les dysfonctionnements masculins », commentait en 2014 la responsable de la National organisation for Women, Terry O’Neill.

Mais d'autres voix, comme la National Women's Health Association, estiment que les réticences de la FDA sont justifiées du strict point de vue de la sécurité médicale. D'autres encore, note le site de la radio publique américaine NPR, dénoncent une médicalisation du désir, poule aux œufs d'or pour les compagnies pharmaceutiques. Un débat qui avait déjà eu cours lors du lancement du Viagra, il y a bientôt 20 ans

Partager cet article

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Femmes
commenter cet article

commentaires

Dia 19/08/2015 02:29

J'ai déjà été cobaye pour un antidépresseur ...mais la seul chose qui les intéressaient.. était de savoir ma libido,,cela n'était pas pourquoi j'avais accepté ...le dosage exagéré a engendré des douleurs ovariennes
Intense et hémorragie .. A provoqué une ménopose précoce a 38 ans ..et chirurgies multiples car complication perforé l'intestin par laparoscopie ...demandé à celles qui ont été cobaye avant de prendre.