Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 17:26

inShare3

Le principe de parité fait que 5 000 femmes supplémentaires sont candidates aux élections départementales par rapport aux derniers scrutins. Et elles seront 1 400 élues en plus dans les assemblées départementales.

A nouveau, l'argument « difficile de trouver des femmes » n'apparaît pas justifié. Pour la première fois, il y a autant de femmes que d'hommes en lice aux élections départementales. Car comme le prévoit désormais la loi, les électeurs de chaque canton votent pour deux candidats « de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats ». Et si ces binômes paritaires constituaient une petite révolution, le nombre de candidatures n'a pas baissé par rapport aux précédentes élections.

Le ministère de l'Intérieur recense 9 097 déclarations de candidatures de binômes, soit un total de 18 194 candidats. C'est quasiment autant que lors des scrutins cumulés de 2008 et 2011 (les conseils généraux étaient alors renouvelés de moitié) où l'on comptait 18 881 candidats. Dont seulement 22% de femmes à l'époque, contre 50% désormais. Soit, pour ce scrutin, 5 000 candidates de plus à l'épreuve des urnes.

Aujourd'hui, seules 660 conseillers généraux sont des femmes (16,3% des élus1). A l'issue des élections des 22 et 29 mars, elles seront 2 054. C'est à dire 1 400 élues départementales supplémentaires.

Le constat était le même aux élections municipales un an plus tôt : l'extension de l'obligation de listes paritaires aux communes de plus de 1 000 habitants (contre 3 500 jusque là) n'avait pas empêché de constituer des listes (Voir : Municipales : la parité n'a pas freiné les candidatures). Ce sont 16 000 femmes supplémentaires qui ont fait leur entrée dans les conseils municipaux des petites communes.

Partager cet article

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans informations
commenter cet article

commentaires