Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 09:05

vendredi 29 janvier 2016 12:02 par Arnaud Bihel

Le test de Bechdel est un moyen d’oberver si un film offre des rôles féminins consistants. Le site Polygraph en a passé 4 000 en revue. Conclusion : la capacité d’un film à réussir le test est fortement liée au sexe de ses créateurs.

Au moins deux personnages féminins, qui parlent ensemble, et d’autre chose que d’un homme : ces trois critères sont ceux qui permettent à un film de passer avec succès le « test de Bechdel »1. Simple, a priori, et pourtant 4 films sur 10 ne remplissent pas ces critères : 42% des plus de 6 000 films répertoriés sur le site bechdeltest.com.

Un autre site, Polygraph, spécialisé des données, est allé encore plus loin, dans une analyse détaillée sans précédent. Et ses conclusions sont frappantes, même si pas vraiment étonnantes : la capacité d’un film à réussir le test de Bechdel est fortement liée au sexe de ses créateurs.

Autrement dit : plus il y a d’hommes derrière le film, moins celui-ci a de chances de passer le test positivement. Sur les 200 principaux films sortis sur les écrans depuis 1995, plus de la moitié de ceux scénarisés uniquement par des hommes échouent au test de Bechdel. Les (rares films) écrits uniquement par des femmes le réussissent tous. « Etrange, non ? », ironise Polygraph.

Le site ne s’est pas intéressé qu’au sexe des scénaristes, mais aussi à celui des producteurs et des réalisateurs. Le tout sur une sélection de pas moins de 4 000 films. Et à chaque fois le scénario est le même : quand uniquement des hommes sont aux commandes, plus de 4 films sur 10 échouent au test de Bechdel. Plus des femmes sont impliquées, plus le film a de chances de le réussir. Et donc de donner des rôles consistants à des femmes.

Lire aussi : « La norme à Hollywood est d’exclure les femmes et les filles de l’écran »

« Quand les femmes ne sont pas visibles à l’écran, cela renforce les stéréotypes hors-écran. Hollywood promeut une culture d’invisibilité des femmes », déplore Polygraph.

Hollywood surtout, en effet, car l’analyse des données en fonction des studios montre que c’est surtout aux Etats-Unis que les films échouent au test de Bechdel. L’Europe fait mieux, et « la France déchire », remarque le site. Avec les meilleurs scores en effet : le principal producteur, Studio Canal, ne compte « que » 34% de films recalés au test. Les meilleurs scores sont à mettre à l’actif de France 2 Cinéma et de la région Ile-de-France : 80% des films qu’ils produisent passent avec succès le test de Bechdel.

En Europe, seuls 16% des films sont réalisés par des femmes (et 23% en France). A Hollywood, les réalisatrices sont moins de 10%.

Partager cet article

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans informations