Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 09:50

« Un Français sur 5 victime de harcèlement sexuel », affichent les titres de presse. Ou comment le langage invisibilise les femmes, pourtant quatre fois plus concernées que les hommes.

C’est un sondage qui tombe à pic pour les reprises dans la presse, alors que l’affaire Baupin fait encore des vagues.

Un sondage Elabe pour BFMTV 1 publié jeudi 12 mai, selon lequel 18% des personnes interrogées disent avoir subi du harcèlement sexuel. 2 Les femmes, surtout. Elles sont 28%, quatre fois plus que les hommes (7%), à dire avoir été confrontées au harcèlement sexuel (15% « une fois » et 13% « plusieurs fois »).

Près de 8 personnes sur 10 considèrent qu’aujourd’hui en France, le harcèlement sexuel est un phénomène « très » ou « assez » répandu. Les femmes plus que les hommes (85% contre 70%) jugent que le harcèlement sexuel est répandu, « ce qui s’explique par le fait qu’elles en sont plus souvent les victimes », note Elabe. Elles sont aussi plus nombreuses à considérer que la société française est trop laxiste dans ce domaine : 85% dénoncent un certain laxisme, contre 74% des hommes.

Les reprises – nombreuses, donc, dans la presse – donnent par ailleurs à s’interroger sur le langage. Quatre fois plus de femmes que d’hommes disent donc, selon ce sondage, avoir subi du harcèlement sexuel, et pourtant tous les titres affichent cette phrase : « Un Français sur cinq a déjà été victime de harcèlement sexuel ». Français, au masculin, alors que le phénomène concerne bien davantage les Françaises. « L’invisibilité des femmes dans le langage, jusqu’à l’absurde », commente Caroline De Haas.

Partager cet article

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry