Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 17:39

 

Géoforum de l’Association Française pour le Développement de la Géographie (AFDG)

ROUEN  20-21 juin 2012

 

APPEL A PARTICIPATION

 

L’AFDG renoue avec les Géoforums, qui ont été pendant longtemps l’occasion de nombreux débats dans un esprit pluraliste. Comment peut-on parler aujourd’hui d’innovation dans la géographie : dans son implication dans les interrogations de la société, dans la nouveauté de son approche des problèmes économiques, sociaux, environnementaux, dans son renouvellement conceptuel, dans ses méthodes d’investigation scientifique, dans l’approfondissement de ses limites ? Où réside le renouvellement ? Les débats sur ce thème seront largement ouverts à tous les témoignages et manifestes, pendant les deux journées.

En avant-première de ce Géoforum  un concours, doté de prix, a été organisé en 2011 à la seule intention des jeunes chercheurs titulaires d’un doctorat mais n’ayant pas encore de poste dans l’enseignement supérieur ou la recherche. Il leur était demandé «  de rédiger un texte original de 50 000 caractères, portant sur  l’innovation en géographie, qu'il s'agisse de son objet, de ses finalités, de ses concepts, de ses méthodes, de son positionnement scientifique ou social, de ses applications à l'aménagement du territoire, à l'environnement, au développement, quelle que soit l'échelle géographique retenue ». Les lauréats de ce concours seront désignés en avril 2012 et leurs points de vue sur « l’innovation en géographie »  présentés au Géoforum seront au cœur d’une confrontation sur le sujet entre les « jeunes géographes » et les plus anciens se posant cette même  question.  

Cet appel à débats ouverts et à réflexion collective concerne  tous les champs possibles de l’innovation en géographie qu’il s’agisse de la recherche proprement dite, des applications professionnelles de la géographie comme de son enseignement scolaire et universitaire. Dans la mesure où le GEOFORUM se veut un espace pluriel et créatif toute proposition originale de participation est bienvenue qu’elle soit individuelle ou collective.  Celles qui nous parviendront avant le 15 avril 2012 pourront être intégrées après avis du comité d’organisation de l’AFDG au programme détaillé du GEOFORUM. Adresse : developpement-geo@orange.fr

 

Programme du Géoforum :

mercredi 20 juin   10-13h : Comment peut-on parler aujourd’hui d’innovation dans la géographie ?

14h30-16h30 : Présentation et débat autour des innovations sélectionnées en réponse au concours

16h30- 18h : Ateliers libres.

18h-19h : Points de vue et débat sur l'AFDG

 

jeudi 21 juin    9h- 12h30 : Présentation et débat autour des innovations sélectionnées en réponse au concours

                       

Lieu du Géoforum : Université de Rouen. Maison de l’Université Mont St Aignan

 

INSCRIPTION : A envoyer avant le 15 mai 2012 à l’adresse :

          AFDG

          IRED, rue Thomas Becket

          Université de Rouen

          76821 Mont St Aignan Cedex

Accompagnée des frais d’inscription :

60 €(comprenant les deux repas de midi) à verser à : M. l’Agent Comptable de l’université de Rouen

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Colloques, réunions
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 17:28

PS du Pas-de-Calais : le rôle de Martine Aubry

Créé le 13-12-2011 à 15h42 - Mis à jour le 14-12-2011 à 12h25   

Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article
Par Sylvain Courage
journaliste

Lettre comminatoire, promesse de gifles... Le chevalier blanc Montebourg a encore mis les pieds dans le plat. Avec l'aimable participation de la première secrétaire !

Montebourg, Bel, Hollande et Aubry, le 22 octobre 2011 à Paris (AFP)

Montebourg, Bel, Hollande et Aubry, le 22 octobre 2011 à Paris (AFP)
Sur le même sujet

Mercredi 7 décembre, 9 heures. Dans son bureau de la rue de Solférino à Paris, Martine Aubry reçoit une poignée de journalistes pour une petite séance de "off" : ses propos du jour ne sont pas destinés à être colportés mais à éclairer les rédacteurs.

Entre deux confidences sur les excellentes relations qu’elle dit entretenir avec François Hollande, la première secrétaire exhume une lettre signée Arnaud Montebourg. "Vous n’en faites pas état !", prévient-elle. La missive en date du 21 novembre 2011 passe de main en main.

Elle vise un "système de corruption des élus du Pas-de-Calais". "Des informations de nature et d’origine judiciaires, précises, concordantes et recoupées, permettent sérieusement de penser que la fédération socialiste du Pas-de-Calais et son principal protagoniste, Jean-Pierre Kucheida [député-maire de Liévin, NDLR] vont faire l’objet de mises en cause par la justice lilloise dans la période de l’élection présidentielle?", prévient Montebourg, le secrétaire national à la rénovation du parti.

"Gestion calamiteuse"

En ligne de mire : des irrégularités dans les comptes d’une société de gestion de logements miniers et d’une société d’économie mixte. "Je te demande comme un service personnel à rendre au parti de ne pas investir Jean-Pierre Kucheida et Albert Facon aux élections législatives dans le Pas-de-Calais. […] Contrairement à ta gestion calamiteuse du dossier des Bouches-du-Rhône dans lequel tu as préféré ne rien voir et ne pas agir…"

Martine Aubry ne goûte guère la leçon de morale : "Je trouve lamentable que Montebourg joue les chevaliers blancs. D’autant qu’on n’a rien contre Kucheida qui doit bénéficier de la présomption d’innocence." Vingt-quatre heures plus tard, la première secrétaire a changé d’avis !

Et voilà comment Solférino enclenche une nouvelle polémique qui pollue la campagne socialiste. Depuis qu’elle est restée sourde à ses dénonciations des dérives marseillaises, Aubry est devenue la tête de Turc de Montebourg. Jusqu’à ses derniers jours, la patronne du PS a supporté vaille que vaille ses coups de cravache incessants contre le "vieux parti à l’agonie ?", ses élus cacochymes et ses dérapages clientélistes. Dans la campagne de la primaire, elle a longtemps espéré rallier, à sa "gauche ferme", le héraut de la démondialisation. Mais, fort de ses 17% du premier tour, celui-ci a fini par choisir Hollande. "Contre toute logique politique", selon Aubry !

L'affaire du "PS 62"

Et maintenant voilà que ce justicier autoproclamé s’en prend au Pas-de-Calais, la plus imposante et la plus puissante des fédérations socialistes. Cette fois, Aubry se rebiffe. Elle fait répondre à Montebourg par son lieutenant, François Lamy. "Tu portes à l’encontre de certains élus de la fédération du Pas-de-Calais des accusations graves", écrit ce dernier, le 29 novembre. "Je te propose de saisir le procureur de la République comme t’y oblige l’article 40 du Code de Procédure pénale et de lui transmettre toutes les informations que tu jugeras utiles."

Quinze jours plus tard, le mal est fait. L’affaire du "PS 62" et les lettres de dénonciation de Gérard Dalongeville, ex-maire d’Hénin-Beaumont, expédiées depuis la prison où il est incarcéré pour détournement de fonds publics, font les gros titres des journaux.

Une enquête préliminaire visant des faits de "financement occulte de parti" est ouverte par le parquet de Lille. Jeudi 8 décembre, Martine Aubry fait son devoir. Hier elle semblait ménager une fédération qui a longtemps fait et défait les congrès. Soudain elle lance une commission d’enquête sur le fonctionnement du Pas-de-Calais et gèle l’investiture de Jean-Pierre Kucheida, pourtant plébiscitée par les militants socialistes liévinois. "Kucheida a reconnu avoir utilisé une carte de crédit de la société de gestion des logements miniers pour régler des dépenses personnelles", argue-t-on à Solférino.

Problèmes d'égo

Quant à Montebourg, malheur à celui par qui le scandale arrive. "Il mérite une bonne paire de gifles", s’emporte Jack Lang en découvrant que son nom est cité dans la lettre du président du conseil général de Saône-et-Loire.

Le député de Boulogne-sur-Mer, qui ne se représente pas dans le Pas-de-Calais, annonce qu’il dépose plainte pour diffamation contre son bouillant camarade. "Je comprends Jack Lang", renchérit Aubry, samedi 10 décembre, lors de son discours à la convention d’investiture des candidats socialistes aux législatives. "Nous avons tout pour gagner en juin. Tout, sauf l’ego de quelques-uns qui ne sont jamais en retard pour faire parler d’eux."

Et ce n’est qu’un début ! "Monsieur Propre" est aussi soupçonné d’avoir couvé dans cette affaire quelques arrière-pensées. "En proposant de mettre à la retraite quelques députés du Pas-de-Calais, il voulait surtout faire de la place à son ancien directeur de campagne Aquilino Morelle", accuse un proche d’Aubry.

Parachutage

Alors info ou intox ? Dans son courrier, Montebourg préconise la candidature de "jeunes conseillers généraux" prêts à prendre la relève des supposés corrompus. Mais Aquilino Morelle reconnaît que son parachutage a bien été envisagé. "Je serais ravi de me battre dans la 11e circonscription d’Hénin-Beaumont [elle aussi gelée, NDLR] où Marine Le Pen a fait 42% en 2007… Mais ici comme ailleurs on ne m’a rien proposé", constate amèrement celui qui fut, entre 1997 et 2002, la plume de Jospin.

"Martine Aubry me poursuit de sa vindicte car elle considère que je suis le responsable du ralliement d’Arnaud à Hollande", ajoute-t-il. Chargé de veiller à l’insertion de quelques propositions de son patron dans le projet de campagne du candidat socialiste, Morelle attend toujours son point de chute.

Accusés une fois encore d’avoir semé la zizanie, Montebourg et ses amis estiment que, si Aubry a fait fuiter la lettre confidentielle de leur mentor, c’est d’abord pour atteindre… François Hollande ! "Elle s’est dit que Kucheida était un soutien de François et que Montebourg l’avait rallié… et leur a balancé à tous un coup à sa façon", décrypte un proche du président du conseil général de Saône-et-Loire.

"Hollande m'a toujours soutenu"

Hollande, lui, aurait préféré rester à distance de ce bourbier. Mais voilà ! Tout en clamant son innocence, Jean-Pierre Kucheida en appelle à sa vieille amitié avec le prétendant socialiste à la magistrature suprême. "Hollande m’a toujours soutenu", assure le député-maire de Liévin qui dit avoir reçu, ces derniers jours, un coup de fil empathique.

Gênant pour un candidat sanctifié par la primaire et censé ne plus se mêler des affaires du parti ! "Kucheida a appelé Hollande vendredi, c’est vrai. Mais Hollande lui a seulement dit qu’il était d’accord avec la décision prise par Martine Aubry de geler sa circonscription", explique Manuel Valls, le directeur de la communication du candidat socialiste. L’affaire n’en est sans doute qu’à ses débuts. Mais déjà le candidat socialiste, mis au parfum par ses "amis" Montebourg et Aubry, ne pourra pas dire qu’il n’a rien vu venir.

Sylvain Courage - Le Nouvel Observateur

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Revue de presse
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 16:42
Publié le 13 décembre 2011 par groupe socialiste

Jeudi 15 et vendredi 16 décembre, en Assemblée plénière, la Région examinera son budget 2012. Un moment fort de la collectivité pendant lequel est déterminé l’ensemble des dépenses de la collectivité pour l’année à venir, traduisant ainsi les choix politiques effectués par la majorité.

Ce budget a été élaboré dans un contexte difficile. Difficile pour les Rhônalpins, frappés par une crise dont on ne voit pas la fin et ses conséquences sur le pouvoir d’achat et l’emploi, comme en témoignent, parmi tant d’autres, les situations des entreprises Veninov ou Lejaby.  Difficile aussi pour la collectivité régionale, tant on sait notre situation budgétaire contrainte par le gel des dotations de l’Etat, la perte de notre autonomie fiscale, les difficultés grandissantes dans l’accès au crédit bancaire et les incertitudes liées aux réformes territoriales et fiscales.

Dans ce contexte, la Région a souhaité élaborer un budget stabilisé mais à même de répondre aux besoins des Rhônalpins. Ainsi, celui-ci, s’élevant à 2,439 milliards d’euros pour 2012, sera marqué par la maîtrise des dépenses de fonctionnement (1,595 milliards d’euros) et le maintien d’un niveau d’investissement soutenu (696 millions d’euros). Face aux perspectives nationales et européennes inquiétantes, il est aussi nécessaire de préciser que la Région met en œuvre une gestion prudente de la dette (aucun emprunt toxique) et dispose d’un taux d’endettement (70 %) comme d’une capacité de désendettement (3 ans) inférieurs aux Régions de même strate. La notation triple A de la Région Rhône-Alpes a d’ailleurs été confirmée la semaine dernière par Fitch Ratings.

En accord avec nos objectifs établis à l’occasion du Débat d’Orientions Budgétaires, ce budget a été construit autour de quatre priorités : la jeunesse, l’économie et l’emploi, la solidarité territoriale et les enjeux écologiques. Ainsi, 568 millions d’euros seront consacrés aux lycées, soit près d’un quart du budget régional, 479 millions d’euros seront alloués à la formation professionnelle, l’apprentissage et les formations sanitaires et sociales,  52 millions à l’enseignement supérieur et 152 millions au développement économique. Les transports, compétence phare de la Région, bénéficieront d’une enveloppe de 567 millions d’euros. Parmi les autres dépenses, le budget comptera également 76 millions d’euros pour la culture et le sport, 54 millions d’euros pour l’aménagement du territoire, 34 millions d’euros pour l’agriculture, 45 millions d’euros pour les politiques environnement et énergie ou encore 57 millions d’euros pour la politique de la ville et l’habitat.

Nous les avons déjà évoqués sur ce blog, trois amendements budgétaires seront portés par le groupe socialiste, en faveur de l’aide à la création d’entreprises des moins de 25 ans, du soutien aux centres de santé et de la tarification sociale à destination des jeunes. Rendez-vous jeudi pour suivre le déroulé des débats budgétaires en direct sur notre profil Facebook et Twitter, en vidéo sur www.rhonealpes.fr et dès mercredi pour les autres délibérations.

 

 

 

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Revue de presse
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 16:30

 

 Chères amies, chers amis,

Voici ci-dessous, l'invitation pour le prochain café regards de femmes, le 2 février 2012, animée par Saida Douki Dedieu, Professeur émérite de psychiatrie à la faculté de médecine de Tunis et professeur associée à la faculté de médecine de Lyon "L'émancipation des femmes : enjeux de santé, de démocratie, de développement"

Hier, lors de la permanence mensuelle de Regards de Femmes, Saida Douki Dedieu, de retour de Tunisie où elle a présenté son livre « Les femmes et la discrimination » a fait un bref compte-rendu de la situation. La question des droits des femmes est le point focal de la situation sociale et politique, alors que la préoccupation majeure du pays devrait concerner les questions économiques.  On en parle seulement pour affirmer que pour sortir de la crise, il faudrait que les femmes retournent à la maison, proposition totalement contraire à tout développement économique d’un pays !

Des tentatives d’imposer un islam rigoriste, en sondant par le discours, puis revenir ensuite en déclarant que les propos auraient été mal compris devant le tollé de la population, se multiplient. Après le 6ème califat vanté par les islamistes, c’est au tour du président Marzouki, censé faire partie des forces démocrates, dans le cadre du « tout se vaut et s’équivaut »dramatiquement connu au Maghreb, de déclarer que les femmes pouvaient porter « le voile, le niqab ou être dévoilées ». Le terme choisi en arabe signifie plutôt « dévergondée ». Face au tollé, y compris dans son propre groupe, il aurait  déclaré ne pas maitriser l’arabe littéraire !

Heureusement, les discussions au sein de l’Assemblée Constituante sont diffusées à la télé et la population réagit. L’effervescence est très forte, le sens de l’humour conservé. Comme le nom des partisans d’Ennhada est « nahdaoui », leurs opposants se présentent comme les « nahda-non ».

Parmi les plaisanteries qui circulent « Sous Ben Ali, tout était interdit, maintenant tout est illicite (haram )»

Nous aurons l'occasion d'en discuter lors du café du 2 février avec Saïda comme grand témoin. Pensez à vous inscrire rapidement, le nombre de places étant limité.

Bien cordialement à vous,

Michèle Vianès

CAFE « REGARDS DE FEMMES » 

Restaurant La Maison de  Lucy

6 rue Bossuet  – Lyon 6eme – Tél. : 04 72 37 00 15

(Métro Foch, Parking Lyautey (payant)  ou Parking de l'Europe à 100 m)

Jeudi 2 février 2012

19 h 45

L’émancipation des femmes : enjeux de santé,

de démocratie, de développement

Grand témoin :

Pr Saïda Douki Dedieu, Professeur émérite de psychiatrie à la faculté de médecine de Tunis, professeur associée à la faculté de médecine de Lyon

 Les recherches sur les relations entre les conditions de vie des femmes et leur santé sont récentes. Les troubles dépressifs et anxieux sont deux fois plus fréquents chez les femmes et en partie imputables aux discriminations qu’elles subissent. La hiérarchie sexuelle se maintient dans le monde, y compris dans les sociétés occidentales, et des menaces de régression assombrissent l’horizon féminin.

Dans son essai, Les femmes et la discrimination Dépression, religion, société, Odile Jacob, 2011, Saida Douki Dedieu analyse les situations sociales pathogènes, en s’intéressant particulièrement à la condition des femmes musulmanes.  Pourquoi les résistances au changement sont-elles encore si fortes ? Quels sont les freins à l’émancipation ?

 Saïda Douki Dedieu dédicacera son ouvrage au cours de la soirée

 Contact réservation : Chloé Jégou 06 49 24 47 05 ou rdf@regardsdefemmes.com

____________________________________________________________________________________

               

RESERVATION CAFE   « REGARDS DE FEMMES »   Jeudi 2 février 2012

 

NOM : ------------------------                   PRENOM : ------------------------------

 (En cas de règlement groupé, merci de mentionner les noms des différents participants)

Dîner-débat (plat + dessert) : 17 €– Etudiant-e-s : 10 €

Nombre de réservations           ---------X 17 €,                                 soit ----- €

                       ---------X 10 €,                                 soit ----- €

Règlement par chèque avant le 30 janvier 2012, à l’ordre de Regards de Femmes, 33 rue Bossuet – 69006 LYON

(En cas d’annulation, merci de nous prévenir, afin de pouvoir vous rembourser le repas)

 

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Colloques, réunions
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 16:28

 

Herman Van Rompuy, président du Conseil européen - photo Parlement européen

Depuis plusieurs mois, les sommets « de la dernière chance » s’enchaînent ; Nicolas Sarkozy et Angela Markel multiplient les annonces -ou devrais-je dire les fanfaronnades- sur le sauvetage de l’euro. Un cap, dans le mauvais sens du terme, a été franchi la semaine dernière. .

Sur le plan institutionnel, ne nous laissons pas berner : dès lors que la Grande Bretagne oppose son veto, quoiqu’on pense des options politiques ou des raisons du veto britannique (David Cameron demandait une exception sur l’application de la directive du temps de travail et refusait toute régulation de la City), on ne peut pas parler de traité. C’est, au mieux un accord, et encore, un accord partiel et obscur. Il devrait être ratifié devant les Parlements nationaux, alors même que le précédent « accorddeladernièrechancequivasauverlazoneeuro » ne l’a pas encore été dans les 27 Etats membres, voyez un peu l’imbroglio. Personne ne saurait aujourd’hui dire avec certitude quel est le statut de ce texte, tandis que la place du contrôle démocratique et parlementaire de ces dispositions sont totalement floues.

Politiquement, les décisions prises sont inacceptables dans leur esprit et ambigues dans leur application. Déséquilibré, l’accord se réduit quasi exclusivement à l’imposition de « règles d’or » dans les législations nationales, sous le contrôle de la Cour de Justice européenne. Il va même bien au-delà du paquet de gouvernance économique auquel nous nous sommes opposés en septembre..

A côté de cela, pas un mot sur le renforcement du rôle de la BCE, sur une politique d’emploi et de croissance, sur un pilotage de long terme de la politique économique, sans même parler de l’absence de la mention des euro-obligations.

Devant ces dispositions qui ne règlent rien et ne s’attaquent pas aux vrais problèmes, François Hollande a annoncé lundi 12 décembre que s’il était élu Président de la République l’an prochain, il renégocierait cet accord. Et c’est la seule option tenable.

La droite française a immédiatement accusé la gauche d’être irresponsable et de précipiter la panique des marchés, l’effondrement de la zone euro, voire la fin du monde pendant qu’on y est ! Mais qui est irresponsable aujourd’hui ?

Ce sont bien plutôt ceux qui cèdent à cette vision punitive de l’Europe que défendent Angela Merkel en tête, Nicolas Sarkozy dans sa roue. Depuis l’annonce de cet accord, les places financières n’ont n’ont d’ailleurs pas été « rassurées » et le dogme de l’austérité continue de précariser les Européen-ne-s, faute de politique volontariste pour l’emploi et la croissance.
Comme l’a dit notre président de groupe Martin Schulz, notre priorité doit être non pas de retrouver la confiance des marchés, mais de retrouver celle des citoyen-ne-s européen-ne-s. Car c’est la fragilité démocratique qui met aujourd’hui en danger l’Union et pas le manque de sanctions sur les Et

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Revue de presse
commenter cet article
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 18:41

Le PAM tire la sonnette d'alarme sur la situation alimentaire au Niger - Le Programme alimentaire mondial (PAM) est profondément préoccupé par une hausse inhabituelle des prix des céréales au Niger et envisage d'intensifier ses opérations d'assistance alimentaire d'urgence,  a déclaré mardi la représentante du PAM dans ce pays, Mme Denise Brown

'Les prix des denrées alimentaires anormalement élevés touchent les personnes démunies qui font face à des difficultés croissantes pour se nourrir et nourrir leurs enfants. Je suis profondément inquiète de la détérioration, dans les prochains mois, de la situation alimentaire et nous ne pouvons pas rester les bras croisés et attendre que le pire se produise', a-t-elle dit.

En novembre dernier, le prix moyen du mil a augmenté de 37 pour cent par rapport à la même période en 2010.

Le gouvernement du Niger a identifié environ 750.000 personnes exposées à une grave insécurité alimentaire, notamment dans les régions de Tahoua, Tillabéri, Diffa et  Zinder.

Ce nombre devrait va atteindre un million en début 2012, alors que le pays se dirige vers la période de soudure en mars-avril.

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Revue de presse
commenter cet article
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 18:32

Dans son édition de ce lundi, Le Monde consacrait un dossier à la crise, à partir des contributions de plusieurs éminents experts. Tous s’accordent pour dire que les mesures proposées actuellement par le couple franco-allemand sont de mauvaises solutions qui nous conduisent droit dans le mur. Tous s’accordent à dire que d’autres solutions existent.

Ainsi, pour les économistes James K. Galbraith et Aurore Lalucq, les dirigeants européens sont en train de commettre une « erreur historique en refusant d’entendre des idées de bon sens ». Ils se sont enfermés dans le dogme de la discipline budgétaire, faisant fi du sort des plus faibles « au mieux considéré comme un dommage collatéral, voire comme un mal nécessaire ». Ils ne s’attèlent en revanche pas aux causes d’une crise avant tout bancaire, « aggravée par des idées économiques réactionnaires, une architecture (de la zone euro) défectueuse et un climat politique toxique ».

(Lire l’article complet : Sauvez les citoyens avant les banques ! ICI )

Même son de cloche chez Paul Seabright de l’Ecole d’Economie de Toulouse, qui qualifie la rigueur de « potion amère et inefficace ». Il s’appuie sur différentes études pour mettre en garde contre les effets négatifs démontrés des politiques d’équilibre budgétaire sur l’activité économique. S’il ne nie pas les problèmes d’équilibre budgétaire, il explique en revanche que le calendrier d’une telle politique est crucial : « si on l’entreprend au milieu d’une récession, l’effet symbolique permettant de reconquérir la confiance des marchés risque de s’effacer derrière l’effondrement de l’activité ».

(Lire l’article complet : La rigueur, potion amère et inefficace. ICI )

Enfin, Martin Wolf, éditorialiste économique au Financial Times, considère que se focaliser sur l’austérité budgétaire risque d’entraîner de nouvelles crises. Il déconstruit l’idée selon laquelle ce serait l’indiscipline budgétaire qui aurait conduit à la crise de la zone euro, idée pourtant martelée quotidiennement par nombre de responsables politiques. Il rappelle ainsi qu’avant la crise, la situation de l’Irlande, de l’Espagne ou de l’Estonie, tant sur le plan du déficit que de la dette, était très nettement meilleure que celles de l’Allemagne et de la France. D’ailleurs, à l’exception de la Grèce, tous ces pays aujourd’hui en difficulté dans la zone euro respectaient pourtant la règle limitant à 3 % du PIB le déficit budgétaire.
Pour lui, il s’agit avant tout d’une « crise des balances de paiement », et la solution à la crise de la zone euro passe d’abord par l’amélioration de la compétitivité économique dans la zone euro.

(Lire l’article complet : L’échec de « Merkozy » ICI )

Alors, jusqu’à quand se poursuivra cet aveuglement coupable des dirigeants européens, et en particulier celui de Nicolas Sarkozy ?

 

 

Ségolène Royal

 

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans informations
commenter cet article
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 18:30

cheque_energie_RA.jpg Le Chèque énergie Rhône-Alpes.

 

Ce chèque forfaitaire permet aux particuliers de régler une partie de leur facture d’installation d‘équipements dédiés aux énergies renouvelables.

 

D'un montant forfaitaire, il est dédié à l'installation d'un(e) :

  •  Chauffe Eau Solaire Individuel : 300 €
  •  Système Solaire Combiné Individuel : 1000 €
  •  Chaudière individuelle automatique au bois à granulés ou plaquettes: 1000 €

 

Voir les conditions d'attributions

Repost 0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 18:28

 

Le présent appel à projets s’attache à accompagner la réhabilitation des bâtiments résidentiels privés. Il est scindé en deux volets : « copropriétés » et « particuliers ». L’objectif est de démontrer que la rénovation basse consommation au niveau Effinergie Rénovation est accessible.

  • Un volet « particuliers » pour les bâtiments résidentiels individuels privés qui visent essentiellement les démarches complètes de réhabilitation d’habitat individuel ou de petit collectif et la rénovation de logements particulièrement exemplaires en terme de performance énergétique.

 

Public concerné : Particuliers, personnes physiques, qui sont propriétaires occupants ou usufruitiers occupants.
Montant de l'aide/accompagnement proposé : un forfait de base de 3 000 € pour la réalisation d’une des 2 approches possibles « calcul thermique » et « bouquet de travaux ». Ce forfait est de 4 000 € par logement pour les projets de petits collectifs dans la limite de 4 logements (location de logements, chambres d’hôtes, gîtes)
La possibilité d’avoir 4 bonus supplémentaires :
- Bonus « maîtrise d’œuvre et instrumentation » : 70 % du coût TTC plafonné à 3 000 € dont 1000 € liés à l’instrumentation
- Bonus « éco-matériaux » : 1 000 €
- Bonus « ressources » : 2 000 €
- Bonus « certification Effinergie Rénovation » : 1 000 €
- Bonus « instrumentation » : 1 000 €

Voir les modalités d'attribution

 

  • Un volet « copropriétés » pour les bâtiments collectifs qui visent essentiellement les démarches importantes de réhabilitation en terme de performance énergétique..


Public concerné : les syndics de copropriétés, les syndics bénévoles de copropriétés, les SCI de moins de 4 logements.
Bâtiments éligibles à l’appel à projets :
- Les bâtiments dont le permis de construire est antérieure au 31 décembre 1988
- Les bâtiments dont le nombre de logements est compris entre 2 et 50
Montant de l'aide/accompagnement proposé : l’aide varie en fonction du nombre de travaux éligibles réalisés* :
- pour un bouquet de 3 travaux minimum : 25% du montant HT des travaux énergétiques plafonnés à 15 000 € / logement.
- pour un bouquet de 6 travaux minimum : 35% du montant HT des travaux énergétiques plafonnés à 25 000 € / logement.
(*) En répondant pour chaque poste de travaux éligibles aux performances requises par le cahier des charges.
Un bonus « certification Effinergie Renovation » de 3% des dépenses éligibles plafonnées a 25 000 € par logement sera attribué pour l’obtention du label BBC Effinergie Rénovation.

Voir les modalités d'attribution

 

(Source : site internet de la Région Rhône-Alpes)

Repost 0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 16:00

Observatoire de la Parité
« A la veille des investitures pour les prochaines élections législatives de 2012, les membres de l’Observatoire rappellent que la parité est inscrite à l'article 1er de la Constitution » indique un communiqué daté du 22 novembre.


« Or, aujourd'hui, 81,5 % des députés sont des hommes et les partis préfèrent encore supporter les pénalités financières ». « Les Françaises et les Français attendent que la représentation nationale soit à l'image de la société » soulignent les membres de l’Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes (OPFH). « Dans les faits, les stratégies électorales, stratégies discriminantes, continuent à primer sur l’enjeu démocratique qu’est l’égalité entre les femmes et les hommes. Concrètement, les membres de l’Observatoire recommandent aux partis politiques de : cesser de cantonner les femmes soit dans des circonscriptions réputées non gagnables, soit dans un rôle de suppléant ; désigner des femmes et des hommes, à parité, au sein des instances décisionnelles, notamment d’investiture ». « Les femmes sont actrices de changement et les partis ne peuvent plus simplement les considérer comme la variable d’ajustement des stratégies politiques » soulignent les membres de l’Observatoire qui estiment « qu’il n’y a de courage politique que dans la mise en pratique de cet objectif constitutionnel qu’est la parité ».
Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 24/11/201

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans informations
commenter cet article