Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 07:00

 

 

 

2008… et toujours rien !
Cela fait en effet près de quatre ans que la Commission européenne a proposé une directive visant à étendre la protection contre les discriminations fondées sur la religion, les convictions, le handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle à des domaines autres que l’emploi. Alors que le Parlement européen s’est prononcé en 2009 sur ce texte qui lui paraissait essentiel pour les citoyens européens, le Conseil, lui, laisse traîner les choses, jusqu’à l’enterrement pourrait-on croire. A présent, seul un petit nombre d’États membres soutiennent encore le texte. Les pays les plus opposés, emmenés par l’Allemagne, craignent principalement les implications (coûteuses) de la proposition sur leur législation nationale.

Cette directive était censée compléter le dispositif existant comprenant trois directives qui traitent respectivement : des discriminations fondées sur l’origine raciale ou ethnique (2000/43/CE), de l’égalité de traitement en matière d’emploi et de travail (2000/78/CE) et de l’égalité de traitement entre hommes et femmes (2004/113/CE). Elle s’attaquerait aux discriminations que l’on retrouve dans les domaines suivants : la protection sociale, y compris la sécurité sociale et les soins de santé, les avantages sociaux, l’éducation, ainsi que l’accès aux biens et services, y compris le logement.

La commission LIBE a organisé une audition pour demander à ce que les États débloquent enfin cette situation qui n’a que trop duré. On estime en effet qu’un Européen sur six est victime de discriminations au quotidien !
C’est une nouvelle fois la question du coût des mesures proposées qui tétanise les États-membres. Et, une nouvelle fois aussi, j’ai envie de les inciter à faire le travail inverse et de mesurer d’abord le coût de la discrimination elle-même, notamment en termes d’accès aux services, à la santé, aux logements ou à l’emploi !

Aujourd’hui, les victimes de discriminations n’osent souvent pas s’adresser aux autorités chargées de la lutte contre les discriminations et les compensations qui leur sont proposées sont trop faibles. Or loin de vouloir abuser massivement de possibilité de plaintes, les victimes veulent simplement qu’on apporte des solutions aux difficultés qu’elles rencontrent. Enfin, au cas où ils l’auraient oublié, rappelons que les États membres ont des obligations lorsqu’ils ratifient des Traités. Et en l’occurrence, la Charte des droits fondamentaux, et son article 21 sur la non-discrimination, qui, avec l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, s’est vue confier la même force juridique obligatoire que les traités.

Mais le pari est difficile car ce texte doit être approuvé à l’unanimité des Vingt-sept après simple approbation du Parlement européen (article 19 TFUE).

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans informations
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 06:56

 

Cette semaine la commission LIBE discutait pour la première fois des propositions relatives aux nouveaux Fonds européens destinés à financer les politiques relevant des Affaires intérieures ; ils représentent seulement 1% du budget européen. Pour de nombreuses associations, le versement de ces Fonds est essentiel pour qu’elles puissent mener à bien leurs actions, notamment à destination des migrants. Pourtant, très souvent, ces acteurs de terrain se trouvent dans une situation de vulnérabilité plus grande encore en raison des importants retards de paiement qu’elles rencontrent, souvent pour des raisons purement administratives. J’ai suivi avec attention ces débats puisque je suis rapporteure sur le Fonds Asile et Migration pour la période 2014-2020, dans lequel se retrouvent fusionnés les Fonds pour les réfugiés, l’Intégration et les Retours.

Le but de cette réforme est d’améliorer le rôle de l’UE dans les politiques d’asile et immigration. Comment ? En proposant une programmation pluriannuelle, permettant d’assurer une continuité du financement ; en mettant en avant la valeur ajoutée européenne des projets financés plutôt que de financer la mise en œuvre de politiques nationales -contestables dans certains cas- ; ou encore en prévoyant plus spécifiquement des procédures pour pouvoir agir plus efficacement en cas de situations urgentes. Combien ? Il est prévu d’allouer un peu moins de 4 milliards d’euros à ce Fonds sur 7 ans, dont 3.2 milliards seraient consacrés à des programmes nationaux, les 16% restant étant gérés directement par la Commission européenne.

Parmi les préoccupations exprimées, celle de s’assurer que l’argent versé parvienne bien aux destinataires finaux et d’avoir le plus de transparence possible dans la mise en œuvre du Fonds. Pour ma part – et sans parler à ce stade des chiffres – ce dossier soulève également d’autres interrogations. Si la Commission européenne a souhaité mettre en avant sur le volet asile le soutien aux efforts de réinstallation et la relocalisation –ce qui est très louable– j’estime nécessaire de renforcer les moyens mis à la disposition des Etats pour établir des procédures d’examen des demandes d’asile plus justes et plus efficaces, ce qui aurait un impact positif pour faire « dégonfler » la pression pesant sur l’accueil des demandeurs d’asile.

Autre sujet de réflexion, celui du choix de la Commission de ne prévoir aucune somme minimale entre les trois anciens Fonds : si je peux comprendre la volonté de souplesse laissée aux États pour répondre à leurs situations particulières, je me demande toutefois si l’insertion d’objectifs obligatoires (comme celui de faire de la réinstallation ou de donner la priorité aux retours volontaires) peut suffire pour prévenir certaines dérives sécuritaires, sans quoi il y a fort à parier que le volet intégration finisse encore une fois comme le parent pauvre des politiques européennes d’asile et de migration.

Les discussions vont se poursuivre dans les prochaines semaines, avec l’idée de présenter un projet de rapport en juin prochain qui pourrait être adopté à l’automne.

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans informations
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 09:23

Knk m'en vôtre

 
Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Femmes
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 04:18

 

 

Raul ILLARRAMENDI

 

Lauréat du prix Jean Chevalier 2011, Raul Illarramendi résidera à Moly-Sabata de mars à mai.
Une exposition organisée par Olivier Houg Galerie aura lieu à Moly-Sabata du 12 au 27 mai.
Cette résidence est soutenue par l'Association les Amis de Jean Chevalier.
La résidence et l'exposition sont les fruits d'une collaboration entre l'Association
les Amis de Jean Chevalier, Olivier Houg Galerie, Lyon et la Fondation Albert Gleizes.
Raul Illarramendi est représenté par la Galerie Karsten Greve.

EA n°13-100x70 cm, crayon couleur sur papier, 2011

 

 

Daniela QUILICI

Daniela Quilici est vénézuélienne, elle séjourne à Moly-Sabata à titre individuel
de janvier à mars
http://daniela.quilici.free.fr

n*19, 2012

30 x 30 cm acrylique, encre sur papier

Hugo EXBRAYAT

 

Artiste en résidence à titre individuel, d’octobre 2011 à mars 2012

http://hugo-exbrayat.com


 

À l'occasion de l'exposition Images en Résidence à la galerie Le Bleu du Ciel, Lyon
un catalogue a été réalisé en partenariat avec la Galerie Le Bleu du Ciel et la Fondation Albert Gleizes.
Cette exposition qui s'est déroulée du 8 février au 17 mars faisait suite à une résidence à Moly-Sabata
de quatre photographes :
Aurélie PÉTREL, Julien GUINAND, Francis MORANDINI
et Louis VOLKMANN

 

Résidence d’artistes

1 rue Moly-Sabata

38550 Sablons

04 74 84 28 47

www.moly-sabata.com


La Région Rhône-Alpes et le Conseil Général de l’Isère soutiennent
la Fondation Albert Gleizes pour son programme de résidences d’artistes à Moly-Sabata
 

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Informations
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 09:28

 

 

 

J’étais à Budapest jeudi 15 mars au sein d’une délégation du PS, avec notamment mon collègue eurodéputé Harlem Désir et la députée de Paris Sandrine Mazetier, pour participer à la grande manifestation pour la défense des libertés civiles et la démocratie, à l’appel de l’organisation hongroise MILLA.

Comme j’ai eu de nombreuses occasions de l’évoquer sur ce blog , depuis l’arrivée au pouvoir de l’ultra conservateur Viktor Orban, les attaques du gouvernement contre la liberté de la presse, l’indépendance de la justice et les libertés civiles en général n’ont été que trop nombreuses.

Il était important que nous nous associions à cette immense foule des citoyens hongrois qui se lèvent pour refuser cette dérive nationaliste et autoritaire du gouvernement Hongrois.

Nous avons rencontré là-bas le directeur de Klubradio, la seule radio hongroise d’opposition, qui se bat pour maintenir sa liberté de diffuser. Nous avons également pu échanger avec des responsables culturels et de MILLA, le collectif à l’initiative de ce grand rassemblement.

Alors que Viktor Orban nous répète à l’envi qu’il a le soutien du peuple et qu’il serait quasi persécuté par les institutions européennes, nous tenions à apporter notre soutien aux plus de 100 000 Hongrois venus défendre les libertés et la démocratie.


Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans informations
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 09:21

 

Le tramway tisse son réseau dans les agglomérations moyennes

COLLOQUE - 27 mars 2012. Le Grand Avignon et le GART organisent le mardi 27 mars 2012 un colloque intitulé « Le tramway tisse son réseau dans les agglomérations moyennes ». Ce colloque sera ainsi l’occasion d’avoir des retours d’expériences en matière de mise en place de lignes de tramway, et de tirer des enseignements sur les impacts économiques et urbanistiques de ce mode de transport pour une agglomération. Ce colloque aura lieu au Palais des Papes, à Avignon, de 10h30 à 17h00.

Télécharger le programme :

 

S'inscrire au colloque :

Atelier technique CiViNET Francophone : « L’appel du BHNS dans les villes moyennes »

29 mars 2012 (Angoulême). Développer un réseau de transport structurant et hiérarchisé est devenu une priorité pour les territoires. Les résultats du 2ème appel à projet TCSP Grenelle en attestent : un nombre croissant de villes moyennes a, comme le Grand Angoulême, fait le choix du Bus à Haut Niveau de Service. Il apparait comme une alternative performante et viable au bus traditionnel et au tramway.

Dans un contexte marqué tant par les préoccupations environnementales que par les contraintes budgétaires, comment se concrétise un projet BHNS dans ces villes ? De quelles expériences récentes peut-on se nourrir ? Quelle structuration des réseaux ? Quels choix techniques et pour quels coûts ?

Le Grand Angoulême vous invite à venir échanger sur ces enjeux le jeudi 29 mars.

 

 

Les autorités organisatrices de transport régional partagent leurs expériences et préparent l’espace ferroviaire unique européen de demain

24/25 mai 2012. Cette conférence, à vocation européenne et organisée conjointement par BAG-SPNV, Federmobilità, ČAOVD et le GART, en partenariat avec la Communauté Urbaine de Strasbourg, a pour objectif de mettre en perspective les stratégies de la Commission européenne pour le développement des transports ferroviaires, et faire entendre la voix des autorités organisatrices de transport en charge des transports ferroviaires régionaux auprès des membres de la Commission et des eurodéputés.

Programme et préinscription en ligne

 

 

 

 

Le 5e Salon européen de la mobilité vous donne rendez-vous en juin 2012 à Paris

5 au 7 juin 2012 (Paris). Lors de la 4e édition en juin dernier, 10 000 professionnels internationaux et 225 exposants issus de toutes les filières du transport public et des modes de déplacement durables se sont retrouvés à Paris pour participer au Salon européen de la mobilité, découvrir les dernières innovations et confronter leurs expériences. Ce bilan très positif a confirmé l'ancrage véritablement européen de cet événement biennal. Le Salon européen de la mobilité permet à ses participants de développer leur activité commerciale et de nouer des contacts fructueux en rencontrant en un même lieu les décideurs venus de plus de 50 pays et plus de 250 journalistes européens. Les chiffres viennent le prouver : 94 % des exposants se sont déclarés satisfaits du Salon et la majorité d'entre eux le qualifient même d'"incontournable". Notez donc dès aujourd'hui la date de ce grand rendez-vous professionnel : le 5e Salon européen de la mobilité aura lieu du mardi 5 au jeudi 7 juin 2012 à Paris - Porte de Versailles.

En savoir plus ? : cliquez ici

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Colloques, réunions
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 05:59

 

Aujourd’hui dans le classement

Découvrez chaque jour la "Ligne de crédit", classement mesurant la crédibilité des candidats, basé sur les notes obtenues au cours de la vérification minutieuse de chacune de leurs citations. Ce classement est mis à jour en temps réél dès qu'une vérification journalistique est ajoutée. Retrouvez également l'historique du classement des candidats, tel qu'il a été arrêté chaque jour à 23h59. 10%20%30%40%50%60%70%80%90%
«12-03-2012Mardi 13 Mars 2012
Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Informations
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 05:43
Madame, monsieur,
 
    Les "festivités" du 8 MARS passées, je vous demande d'ores et déjà de retenir la date du jeudi 29 mars 2012.
  
    A l'occasion d'une Conférence débat à l'Auditorium du Musée Fabre à Montpellier  nous recevrons ce jour là une experte de renon international , l'avocate Gunilla EKBERG, ancienne conseillère du Gouvernement suédois social démocrate  pour la loi suédoise d'abolition de la prostitution (1999) ainsi que la députée des Côtes d'Armor, Danielle BOUSQUET, présidente de la mission d'information sur la prostitution en France.
    Thème de notre Conférence : "L'abolition de la prostitution est-elle une condition de l'égalité entre les femmes et les hommes?"
    Nous vous donnons dès aujourd'hui  rendez-vous de 17 heures à 20 heures.
 
    Une invitation sera adressée par la Ville de Montpellier aux personnes inscrites auprès de l'Assemblée des femmes-Observatoire régional de la parité du Languedoc-Roussillon.
    Pour les autres, inscriptions possibles: emc.tapie.genevieve@wanadoo.fr
 
    Dans l'attente, recevez, Madame, monsieur, l'expression de nos cordiales salutations.
 
 
 
 
Geneviève Tapié
Présidente de l'Observatoire régional de la parité du Languedoc Roussillon
Chevalier de la Légion d'Honneur
Officier de l'Ordre national du Mérite
Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Colloques, réunions
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 04:58

CherEs Collègues,

L'Institut de géographie de l'Université de Lausanne et ses partenaires ont le plaisir de vous annoncer l'organisation du colloque international de l'Association pour la Promotion de l'Enseignement et de la Recherche en Aménagement et Urbanisme (APERAU) :

 "Penser et Produire la Ville au XXIème Siècle: 

Modernisation écologique, qualité urbaine et justice spatiale"

du 5 au 7 juin 2012
Université de Lausanne

On dit souvent que le monde devient urbain. Mais c’est l’urbain qui devient le monde. Inscrite dans le temps, la ville est un phénomène social total. Lieu majeur de toutes les accumulations matérielles et symboliques, elle se recompose sans cesse articulant et intensifiant tous les changements. La métropolisation, la métamorphose des espaces urbains hérités, l’émergence de territoires à urbanité diffuse, la transformation des mobilités, le rétrécissement des espaces urbains soumis à de fortes pressions économiques, les usages fragiles de la ville, l’impératif écologique, l’exigence de qualité des cadres de vie, invitent en permanence à repenser les formes et les structures de la ville contemporaine.

Ce colloque engagera une réflexion transversale sur les outils et les modes de fabrication de la ville contemporaine à travers quatre axes majeurs :

Axe I: Intensités : formes urbaines, mobilités et transition énergétique. L’avenir des villes dépend en partie de notre façon d’orienter leur développement spatial, de réguler les problèmes de mobilité et de maîtriser le tournant énergétique. Les structures de l’habiter et les modes de réalisation de la mobilité marqués par l’utilisation des énergies fossiles appartiendront-ils bientôt au passé ?

Axe II: Ambiances : espaces publics, qualités urbaines, usages pluriels de la ville. Depuis les années 1980, la question de la qualité des espaces publics est devenue un objet significatif des débats et des pratiques d’aménagement. Partout on s’interroge : comment toucher les sens, intensifier, embellir, enchanter, étonner par ce qu’offre l’espace commun aux habitants ?

Axe III: Solidarités : faire la ville juste. Le nouvel ordre marchand et financier de la ville contemporaine révèle chaque jour son incapacité à assurer le lien social structurant notre présent et notre avenir proche. Au sein des projets urbains, quelles sont les innovations conceptuelles, techniques et organisationnelles qui émergent pour prendre en compte les usages fragiles de la ville ?

Axe IV: Confluences : la ville diffuse, l’entre-deux et les échelles du grand territoire. Des tiers espaces, « multi-appartenants », se constituent à la confluence de la ville et de la campagne. La matrice de travail des démarches projectuelles doit-elle se déporter davantage vers l’échelle des grands territoires où se mêlent l’hyperville, les espaces périurbains et les zones encore rurales ou naturelles ? 

Informations et Inscriptions :

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Colloques, réunions
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 04:55

26, 27 et 28 septembre 2012

3 jours à réserver dans votre agenda


C'est autour de ce thème que l'Université de l'accueil de nouvelles populations
vous propose 3 jours de rencontres et de festival.

 

1) Vivre en ville, à côté de la ville, loin de la ville?

L'urbanité aurait-elle triomphé ? Où finit la ville, où commence la campagne ? Quels modes de vie pour l'Europe et la France en 2040 ? Les mouvements démographiques, les mobilités, les tensions économiques accrues, mais aussi la recherche de sens des citoyens incitent à une nécessaire réorganisation des espaces et des territoires.

Jean Viard, dont le dernier ouvrage traite des " extra urbains ", présidera cette manifestation dédiée aux politiques d'accueil et d'attractivité des territoires.

2) Un temps fort post-élections

Egalement à l'ordre du jour de ce colloque incontournable pour le développement local : la Réforme des collectivités territoriales, la décentralisation, les effets de la crise sur les territoires, les nouveaux scénarios de développement et d'organisation du futur.

3) Une formule festival

Des rencontres dans des espaces publics pour donner plus de résonance aux thèmes abordés : territoires, associations, entreprises, lieux culturels, experts, élus, citoyens... un rendez-vous pour réagir et dessiner ensemble la société de demain.

Pour en savoir plus avant la mise en ligne du programme 2012 : www.accueil-populations.com

Vous pouvez aussi nous écrire à : universiteaccueil@ardt-auvergne.fr
Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Colloques, réunions
commenter cet article