Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 09:28

 

 

 

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le Gouvernement lance une grande campagne de sensibilisation à la persistance des inégalités entre les femmes et les hommes dans la France de 2013. L'heure est à la lucidité sur le constat et à la détermination dans l'action.

En 2013, les inégalités entre les hommes et les femmes persistent en France. Dans les études, au travail, dans les différents temps de vie (tâches ménagères, loisirs notamment), le constat n'est pas brillant. Pour le Gouvernement, il s'agit maintenant de regarder la réalité en face.

Cliquer sur la carte pour agrandir
Cliquer sur la carte pour agrandir

 


Il est temps de se mobiliser pour que les choses changent. Sans quoi la petite Léa qui va naître en 2013 continuera de gagner un salaire inférieur de 25 % à celui de ses collègues masculins, à consacrer 1h45 de plus chaque jour aux tâches ménagères et devra compter avec une retraite inférieure de 35% à celle des hommes.

En créant un ministère des Droits des femmes de plein exercice et en appliquant pour la première fois la stricte parité dans son équipe, le Gouvernement a donné dès son arrivée des signaux très forts. Depuis le Comité interministériel "Pour une troisième génération de droits des femmes du 30 novembre 2012, chaque ministère s'emploie à concrétiser la feuille de route qu'il a reçue pour faire reculer les inégalités femmes-hommes. Najat Vallaud-Belkacem de son côté lance l'opération "Le 8 mars, c'est toute l'année" et publie le calendrier 2013 de l'égalité.

Ne nous habituons pas aux inégalités entre les hommes et les femmes. Mobilisons-nous
Le gouvernement français]




Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Mes engagements
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 10:20

 

« 8 mars toute l’année » : priorité à l’égalité professionnelle

7 mars 2013

En cette semaine de 8 mars, Catherine Coutelle partage le souhait de Najat Vallaud-Belkacem que « le 8 mars, ce soit toute l’année » et pas uniquement une journée célébrée et sans lendemain. Présente ce matin à un colloque de la CFDT, présente également à la Convention Egalité organisée par la Ministre des Droits des femmes en présence du Président de la République en fin d’après-midi, la députée de la Vienne a souhaité, dans ses interventions et initiatives, mettre l’accent sur un sujet crucial : l’égalité professionnelle.

Le Président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, avait ainsi convié mercredi soir, entreprises en pointe de ce combat, partenaires sociaux (Jean-Claude Mailly, Laurent Berger, Ghyslaine Richard, Philippe Louis, Pascale Cotton, Laurence Parisot, Jean-François Roubaud, Jean-Pierre Crouzet, Carole Couvert, Patrick Liebus étaient notamment présents), chercheur-e-s et député-e-s à une soirée de mobilisation intitulée « Agir pour l’égalité professionnelle ». Prenant la parole devant cette assemblée à l’instar de Françoise Héritier, éminente anthropologue, et de Dominique Baudis, Défenseur des droits, Catherine Coutelle a encouragé chacune et chacun à être le fer de lance de ce combat car « ce n’est que par une mobilisation forte et constante en nous appuyant sur toutes les forces de la société que nous ferons avancer l’égalité ! »

lassay643

 

L’intervention de Catherine Coutelle :

(Seul le prononcé fait foi)

Tout d’abord, je voudrais remercier Claude Bartolone d’avoir organisé cet évènement, à l’occasion du 8 mars, le deuxième en quelques mois sur le sujet des droits des femmes. Je tiens à saluer la constance de son engagement pour l’égalité.
Le 8 mars est la journée des droits des femmes, c’est une journée de réflexion, d’action. Mais une journée ne suffit pas.
Le 8 mars doit servir à prendre conscience des inégalités entre femmes et hommes, et permettre une mobilisation de tous et toutes pour construire l’égalité.

Je remercie de nouveau Claude Bartolone d’avoir choisi ce thème de l’égalité professionnelle pour vous réunir autour de cet enjeu qui nous rassemble.
L’égalité professionnelle est au cœur de la bataille que nous devons mener pour construire l’égalité entre les femmes et les hommes.

L’une des premières violences faites aux femmes est leur dépendance économique.

Les femmes ont toujours travaillé, même si ce travail n’a pas toujours été reconnu, valorisé et rémunéré.

Faire évoluer cette situation suppose de faire cesser les discriminations auxquelles elles font face. Aujourd’hui, c’est souvent un parcours d’obstacle soit de créer son entreprise, soit de se faire embaucher.

Et je veux attirer l’attention des DRH sur les discriminations à l’embauche, les questions déplacées, posées sur la vie familiale, et qui n’ont aucun rapport avec leur travail.

L’égalité professionnelle, c’est un gage d’indépendance, notamment financière, nécessaire à l’émancipation globale des femmes.

L’égalité professionnelle, c’est aussi une exigence de justice. Il n’est pas normal que les femmes européennes devraient aujourd’hui travailler l’équivalent de 59 jours de plus que les hommes pour obtenir un salaire équivalent. Il faut appliquer les lois, y compris par des sanctions. Ces discriminations ne sont pas acceptables.
L’égalité professionnelle doit se faire aussi dans l’accès aux responsabilités. On retrouve des mécanismes de domination dans tous les domaines de la société.

Le pouvoir est encore largement sexué, voire quasi exclusivement masculin. L’exemplarité de certains parcours dans les sphères économiques ou politiques, si elle est encourageante, est aussi ambivalente. Elle ne peut masquer les progrès qu’il reste à faire pour l’égalité réelle.

Il y a 20% de femmes dans les conseils d’administration du CAC 40, c’est un progrès, certes. Mais il n’y a que 2% de femmes PDG.

Dans la langue française, on ne trouve pas instinctivement le féminin d’ « entrepreneur ». Dans le dictionnaire on trouve « entrepreneuse », « entreprenante »… Des termes qui n’évoquent pas particulièrement des femmes à la tête d’entreprise.

En politique cette faible présence des femmes aux responsabilités se retrouve. Un gouvernement paritaire, que l’on doit saluer, ne compense pas le fait que 73% des députés sont des hommes. L’expérience de ces dernières années nous prouve que lorsque la parité est incitative, elle n’est pas réalisée. Il faut passer à des mesures incitatives, à des mesures plus contraignantes.

C’est valable également pour les postes à responsabilité dans le monde du travail. Pour que les femmes puissent être davantage présentes dans les directions des entreprises, les conseils d’administrations, aux postes de cadres.

Une autre facette des inégalités professionnelles est la dévalorisation des emplois occupés majoritairement par des femmes.

Les métiers majoritairement occupés par les femmes sont moins considérés, moins reconnus, moins rémunérés. Au contraire, lorsque des hommes commencent à investir un métier, on constate que les salaires augmentent.
Les bas salaires, sont particulièrement présents dans les secteurs tels que les services à la personne, la grande distribution, les centres d’appels.
Plus de 80% des emplois à temps partiel sont occupées par des femmes.
Cela implique des salaires partiels, des progressions de carrières partielles, des retraites partielles.

Parfois ce ne sont même pas des emplois, mais quelques heures, de-ci, de-là qui morcellent les emplois du temps : des journées en miettes.

C’est ainsi qu’en France on a multiplié les travailleuses pauvres. C’est une vraie violence économique.

Nous sommes face à un triple enjeu.

1. Il faut lutter contre la précarité qui a explosé depuis les années 90 et particulièrement pour les femmes.
Je veux saluer le travail du Défenseur des droits que va nous présenter M. Baudis et le Guide pour une évaluation non discriminante des emplois à prédominance féminine.

2. Il faut lutter contre les discriminations au sein des entreprises : contre le plafond de verre qui gêne encore la progression de carrière des femmes, contre les inégalités de rémunérations (de salaires et de primes).
Il faut que ce traitement discriminant cesse.
Le nouveau décret, publié le 18 décembre 2012 comporte des points très positifs :

- la rémunération devient obligatoirement intégrée dans les domaines d’action retenus par l’accord collectif ou, à défaut, le plan d’action ;
- les entreprises devront déposer leurs accords ou plans d’action auprès des DIRECCTE, ce qui permettra de mettre en œuvre le contrôle sur pièce.

Mais je regrette que l’application de la sanction ne soit toujours pas automatique. Il faudrait aussi mettre en place un mécanisme d’évaluation des plans d’action ou des accords qui tiennent compte des évolutions obtenues d’une année sur l’autre.

3. Enfin, il faut développer les politiques de promotions des droits des femmes, qui jouent sur l’égalité professionnelle.
Prioritairement l’orientation. Il n’est pas normal que les femmes soient cantonnées à 12 catégories professionnelles.
Sensibiliser les personnels de l’éducation et les élèves, est incontournable pour que l’orientation des filles et des garçons ne se fasse plus en fonction de stéréotypes sexistes qui limitent leurs perspectives d’avenir.
La déconstruction des clichés des métiers dits féminins ou masculins favorisera la mixité dans l’emploi et l’égalité professionnelle.
Autre exemple de préjugés qui doivent changer : les femmes restent perçues, même si elles n’ont pas d’enfants, comme potentiellement moins disponibles,
moins attachées aux objectifs de l’entreprise.

Ce n’est pas aux femmes seules d’avoir la responsabilité de la vie familiale.
Il faut aujourd’hui permettre à tous et toutes, de mieux articuler les temps de vie personnelle et professionnelle.

C’est aussi un enjeu de compétitivité pour les entreprises. Des salariés moins stressés sont des salariés plus performants.

Il faut encourager l’implication des pères dans la sphère domestique, en organisant un meilleur partage du congé parental.

Un meilleur accueil de la petite enfance, est aussi un élément essentiel pour que les femmes ne soient pas contraintes à arrêter ou à limiter leur activité professionnelle.

L’Etat doit mener de manière transversale ces batailles. Face à ces enjeux, face à ces inégalités, c’est une évidence, de nouvelles avancées restent à construire.

Malgré de nombreuses lois relatives à l’égalité professionnelle, les inégalités de salaires, de carrières, et de retraites, restent criantes.

Il faudra, j’en suis convaincue, des progrès législatifs pour lutter contre les discriminations, et la précarisation qui frappent durement les femmes.

Et ces lois, pour être enfin efficaces, devront être suffisamment contraignantes et leur application contrôlée.
Au sein de la Délégation aux droits des femmes que je préside, j’ai choisi de faire de l’égalité professionnelle, un sujet prioritaire.

La Délégation s’est d’ores et déjà saisie :

- du décret de décembre 2012 relatif à la mise en œuvre des obligations des entreprises en matière d’égalité professionnelle,
- du texte relatif à la sécurisation des parcours professionnels,
- et elle pourrait enrichir le projet de loi relatif aux droits des femmes en cours d’élaboration. Ce texte va comporter 3 volets : violences faites aux femmes, parité et égalité professionnelle.

Le gouvernement a repris la méthode de la négociation des partenaires sociaux, depuis juillet 2012.

Je constate, d’après des sources fiables, que cette négociation sur l’égalité professionnelle n’avance pas et semble butter sur l’ordre du jour, sur les sujets à discuter.

Ces informations me laissent interrogatives. Est-ce que les partenaires sociaux seraient moins imaginatifs, intéressés, volontaristes lorsqu’il s’agit de faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes ?

Puis-je suggérer quelques thèmes ?

Quand va-t-on finir par résorber les 27% d’inégalité salariale ?
Comment faire en sorte que les primes ne soient pas distribuées de manière différenciée ?
Comment donner plus accès aux postes à responsabilité aux femmes?
Comment mettre un terme à la multiplication des CDD et des temps partiels ?
Comment mettre fin à la double journée de travail des femmes ?
Pourquoi les congés maternité et parental font aujourd’hui l’objet de discrimination ?

Je sais que vous êtes nombreuses et nombreux ce soir à avoir pris des engagements au niveau des entreprises. Ces engagements doivent maintenant se retrouver dans les négociations.

L’égalité doit nous mobiliser toutes et tous, ce soir et pour le 8 mars. Mais pour nous le 8 mars, ce sera toute l’année.

Ce n’est que par une mobilisation forte et constante, en nous appuyant sur toutes les forces de la société, que nous ferons avancer l’égalité.

Soyez-en convaincus, la Délégation jouera pleinement son rôle pour gagner cette bataille de l’égalit

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Mes engagements
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 16:01

 

Soutien à Pinar Selek

L’Assemblée des Femmes, profondément touchée par le verdict de réclusion criminelle à perpétuité qui frappe la féministe turque Pinar Selek, tient à lui exprimer tout son soutien et à dire toute sa colère contre un verdict stupide, indigne et inique.


Au-delà de la personne, ce verdict vise toutes les militantes des droits des femmes. Il nous inquiète sur la capacité de la Turquie à reconnaître ce pour quoi, au sein de l’Assemblée des Femmes, nous luttons.


Militante féministe, militante pour la paix, fondatrice de l’association féministe « Amargi » ainsi que de la revue du même nom, Pinar Selek, 41 ans, est sociologue de terrain et écrivaine. Aujourd’hui réfugiée à Strasbourg, elle poursuit un travail de thèse initié à Istanbul. En 1998, accusée, sur dénonciation, d’avoir posé une bombe au marché aux épices d’Istanbul, elle est emprisonnée deux ans et demi, et torturée. 14 rapports d’expertise sur 15 ont établi qu’une fuite de gaz accidentelle était à l’origine de l’explosion. Pinar Selek est, par la suite, trois fois acquittée par le Tribunal. Le 24 janvier 2013 cependant, elle est condamnée à la prison à vie par la 12ème Cour pénale du Tribunal d’Istanbul. Depuis 13 ans elle est l’objet du harcèlement du système judiciaire turc dont on sait combien il est critiqué par le dernier rapport de l’U.E.


Nous déclarons solennellement que nous serons aux côtés de Pinar Selek dans son juste combat ; quel que soit le soutien qu’elle choisira de demander à la France, nous la soutiendrons afin qu’elle puisse vivre dans la dignité sur notre territoire.

Plus que jamais, l’Assemblée des Femmes est solidaire des femmes du monde qui combattent dans leur pays contre toutes les formes d’oppression.

Danielle Bousquet, Présidente de l'AdF

Yvette Roudy, Présidente d'honneur et fondatrice de l'AdF
Geneviève Couraud, Secrétaire Générale de l'AdF
Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Mes engagements
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 17:29

Danièle, une nouvelle pétition prend de l'ampleur sur Change.org, nous avons pensé que vous voudriez peut-être la signer :

Le Président de la République s'est engagé à mettre fin au cumul des mandats, mais n'a pas annoncé de calendrier précis pour le vote de cette loi, que de nombreux élus essayent d'enterrer. Stoppons le cumul des mandats maintenant !
Signez la pétition

Lancée par : Associations PARITE et Les Marianne de la Diversité

 

La limitation du cumul des mandats c'est maintenant !

Malgré l'engagement du Président de la République, malgré la proposition de la Commission Jospin, malgré l'opinion française favorable à la limitation du cumul des mandats, les plus lourdes menaces pèsent sur l'adoption du futur projet de loi.

La levée de boucliers de certains parlementaires qui n'hésitent pas à manifester vigoureusement leur opposition à cette réforme, nous fait craindre que la France continue à détenir le record des pays les plus cumulards d'Europe.

En effet, de nombreux sénateurs plaident pour que des règles spécifiques s'appliquent au Sénat.

Les députés quant à eux invoquent le sacro-saint ancrage local comme si un mandat local non exécutif ne suffisait pas à l'assurer. Jusqu'à quand continuerons-nous d'ignorer que les  lois de décentralisation, en élargissant le champ d'action des collectivités territoriales ont augmenté considérablement les contraintes de gestion, exigeant des président-e-s, vices – président-e-s des conseils régionaux et généraux, maires et maires adjoint‐e de devenir enfin  des élus-e-s à temps plein?

Par ailleurs, chacun le sait, la France connaît aujourd'hui une grave crise de la représentation politique et ce n'est pas un hasard si l'abstentionnisme est en train de devenir le plus grand parti de France. Nos concitoyens veulent désormais des dirigeants politiques qui leur ressemblent et qui soient disponibles. Nous devons  prendre toute la mesure de cette attente populaire, car déjà le doute et la défiance se sont installés.

Le renouvellement de la classe politique est devenu aujourd'hui une exigence pour que l'exercice de notre démocratie puisse s'ouvrir à tous dans le respect de la parité, de l'égalité  entre les femmes et les hommes et dans la diversité des origines, des générations et des classes sociales. C'est un  enjeu démocratique, d'une société moderne qui avance et qui gagne.
Une nouvelle fois, ne laissons pas passer cette chance, limitons les mandats pour faire toute leur place aux femmes et aux diversités.

Pour des élus plus disponibles, je signe la pétition.

Les associations: Parité, Les Marianne de la diversité

Cliquez ici pour signer la pétition de Associations PARITE et Les Marianne de la Diversité, "La limitation du cumul des mandats, c'est maintenant !".

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Mes engagements
commenter cet article
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 09:25

 

En France, les députés examineront la loi "mariage pour tous" dans quelques jours et la pression est à son comble : les anti-égalité sont partout sur les ondes et dans la rue. Il est urgent de montrer aux députés que les voix pour l'égalité sont mobilisées - et nous avons un plan.

All Out lance un Marathon des signatures pour l'Égalité avec les plus grandes stars françaises, et avec VOUS. Objectif : 100 000 voix pour l'égalité que nous irons remettre directement aux députés.

Vous êtes les premiers à le savoir : nous avons besoin de vous pour lancer le buzz. Rejoignez le Marathon en signant maintenant pour l'égalité :

www.allout.org/fr/egalite_maintenant

 Le Marathon commence maintenant et se concluera ce dimanche lors d'une grande soirée événement qui réunira les plus grandes stars françaises pour l'égalité et la remise des signatures aux députés.

Dès que nous aurons atteint 100 000 voix pour l'égalité nous irons les remettre aux députés, juste avant le début de la bataille parlementaire autour du projet de loi "mariage pour tous". 

Ne laissons pas les anti-égalité gagner. Signez et partagez l'appel pour l'égalité maintenant :

 
On compte sur vous,

Guillaume et toute l'équipe d'All Out

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Mes engagements
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 18:06

2013 : bonne année pour l’égalité !

« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ». Sénèque

 * * * *

Chères amies, chers amis,

Je vous souhaite à toutes et tous une excellente année 2013.

Les vœux du nouvel an sont à la fois l’occasion de regarder le chemin parcouru et de dresser les perspectives de ce que nous allons réaliser ensemble.

Quand je regarde les 8 mois qui se sont écoulés au Ministère des Droits des Femmes, je retiens beaucoup d’enthousiasme, de détermination et d’énergie mais aussi déjà de belles réalisations.
J’ai rencontré des centaines de femmes et d’hommes qui refusent les inégalités. Des centaines de femmes et d’hommes qui, chaque jour, s’engagent pour bousculer les habitudes d’une société encore profondément injuste envers les femmes.

Nous n’avons pas ménagé notre peine : loi relative au harcèlement sexuel, égalité professionnelle, remboursement de l’IVG, accès à la contraception pour les mineures, lancement de multiples chantiers comme celui de l’éducation à l’égalité, du refus du sexisme dans les médias ou de la lutte contre le temps partiel.

Partout dans le monde, 2012 a été une année riche en mobilisations : en Irlande, pour le droit à disposer de son corps, en Inde contre les violences sexuelles, en Amérique latine, pour reconnaître le crime de féminicide, en Tunisie, pour garantir l’égalité dans la Constitution.

En France, les droits des femmes sont redevenus un sujet politique, de débat, d’action publique. En ce début d’année, nous pouvons le dire : l’égalité est en marche. En 2013, nous irons plus loin.

Le Ministère des Droits des Femmes agira chaque jour de l’année. Les inégalités entre les sexes sont tellement anciennes et si profondément ancrées dans nos mentalités qu’il nous faut engager une mobilisation de toutes et tous.

Une mobilisation pour l’égalité professionnelle avec les partenaires sociaux, notamment en faisant reculer le temps partiel. Une mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles avec les associations féministes, les médecins, magistrat-es et forces de l’ordre. Une mobilisation pour le droit à disposer de son corps avec les hôpitaux et les centres de planification. Une mobilisation pour la parité avec les collectivités locales, les partis politiques et les associations d’élu-es. Une mobilisation pour les droits des femmes dans le monde avec plusieurs rendez-vous internationaux incontournables.

Je vous engage à nous rejoindre dans cette bataille pour l’égalité. Une bataille pour l’émancipation, la liberté, l’autonomie des individus. Une bataille enthousiasmante, qui nous fera construire une société où chacune et chacun ne sera plus considéré ou déconsidéré en fonction de son sexe.

Je le sais : l’égalité ne se fera pas en un jour. Cela tombe bien, nous avons 365 devant nous !

Bonne année à toutes et tous !

Najat Vallaud-Belkacem

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Mes engagements
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 18:56

Bonjour !

Je viens de signer la pétition "Inde : Stop aux Viols ! #StopRapeNow" sur Change.org.

C'est une cause importante. Seriez-vous prêt(e) à signer cette pétition vous aussi ? Voici le lien :

http://www.change.org/fr/pétitions/inde-stop-aux-viols-stoprapenow

Merci!

Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Mes engagements
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 12:53

 

 
Le plus grand mouvement citoyen mondial en ligne pour le changement
Députés : que cachez-vous?
 200,000
 104,686

Pourquoi c'est important

Suite au scandale en 2009 des notes de frais abusives des parlementaires britanniques, certains députés français ont souhaité encadrer l'utilisation de l'"indemnité représentative de frais de mandat" - 6.412 euros par mois actuellement versés au forfait, sans aucun contrôle. Cette indemnité représente près de 4,5 SMIC!

Pourtant une forte majorité de députés a rejeté, le 11 juillet dernier, la proposition du député centriste Charles de Courson de fiscaliser la part de l'indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) non utilisée à des fins professionnelles.

Le Président de l'Assemblée et les groupes politiques se sont engagés pour la transparence. Demandons-leur des réformes, dès lundi, lors de la rentrée parlementaire!
Publiée Juillet 12, 2012

Cliquer pour copier:
Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Mes engagements
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 23:55

Madame la députée, Monsieur le député,
Madame la sénatrice, Monsieur le sénateur,
Chère, Cher camarade,

Pour la première fois de notre histoire, les socialistes sont majoritaires dans les deux chambres du Parlement. Avec nos succès locaux qui ont précédé, et avec l’élection de François Hollande à la Présidence de la République, nous disposons désormais de tous les leviers pour redresser la France dans la justice.
Ces succès, nous les devons à la mobilisation de chacun, militants, élus, dirigeants, mais aussi à la force des combats que nous avons menés ensemble et des engagements que nous avons pris devant les Français.
Tu le sais comme moi, les Français sont extrêmement attentifs à leur respect.
Parce que nous voulons des élus pleinement engagés pour la réussite du quinquennat de François Hollande, parce que nous voulons permettre l’arrivée d’une nouvelle génération de femmes et d’hommes aux responsabilités, nous avons décidé ensemble que notre Parti devait ouvrir la voie en matière de non cumul des mandats.
Cette orientation, plébiscitée lors du référendum militant du 1er octobre 2009 et mise en œuvre par la convention nationale sur la rénovation du 3 juillet 2010, est devenue une règle commune à tous les socialistes : « l’interdiction du cumul d’un mandat de parlementaire et d’un exécutif local (Maire ou Maire-adjoint, Président ou Vice-Président de Conseil Général ou de Conseil Régional, Président ou Vice Président d’un EPCI) sera inscrite dans les statuts du Parti socialiste.
Elle se mettra en œuvre à chaque renouvellement parlementaire. Tout-e élu-e à une élection parlementaire abandonnera ses mandats exécutifs locaux dans un délai de trois mois après la tenue du scrutin. Il-elle devra avoir préparé avec le Parti les modalités de sa succession ».
Comme le Premier Ministre lors de notre université d’été à La Rochelle et avant lui le Président de la République durant la campagne, je veux te redire que nous devons nous montrer à la hauteur des attentes des Français, en respectant les objectifs et le calendrier que nous nous sommes fixés. Une loi sur le non cumul des mandats sera soumise au Parlement, conformément à l’engagement de François Hollande.
Mais je suis convaincue que la prochaine adoption de celle-ci ne saurait dispenser les socialistes d’appliquer leur engagement et d’être exemplaires
J’ajoute que laisser dès aujourd’hui la place à sa ou son successeur-e dans son exécutif local lui laissera d’autant plus de chance de montrer sa capacité à être en responsabilité et à se présenter devant les électeurs en 2014 ou en 2015.
C’est pourquoi, le terme de l’échéance approchant, le Bureau National du 28 août a souhaité inviter chaque parlementaire concerné à respecter l’engagement qu’il a pris lors de son investiture et à démissionner au plus tard en septembre 2012 de son mandat exécutif local (municipal, départemental ou régional).
Ne doutant pas de ta détermination à ce que nous respections ensemble la parole donnée.
Je reste à ta disposition pour tout échange et t’adresse mes amitiés socialistes.
Martine Aubry
Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Mes engagements
commenter cet article
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 12:42



Je soutiens la candidature UNESCO de la Grotte Chauvet Pont d'Arc
La Grotte Chauvet Pont-d'Arc - Grand Projet www.lagrottechauvetpontdarc.org


Bonjour,

Vous avez, il y a plusieurs mois ou quelques jours, adhéré au comité de soutien à la candidature de LA GROTTE Chauvet Pont-d'Arc à l'inscription sur la Liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO. Nous vous remercions chaleureusement de cet engagement, cette marque de confiance.

Porté par l'État français, le dossier de candidature est entré dans une phase d'étude par l'Unesco. Un premier expert de l'ICOMOS est venu en mai et a constaté la valeur universelle exceptionnelle de la grotte et son excellent état de conservation. D'autres experts devraient se déplacer en Ardèche dans les mois à venir et la décision finale de l'Unesco pourrait être connue l'été 2013.

Cette candidature doit résonner partout en Ardèche, en Rhône-Alpes, en France et dans le monde et notre volonté est de mobiliser toujours plus.
Nous comptons sur vous pour être des ambassadeurs enthousiastes de l'une des plus anciennes grottes ornées du monde.


Relevons tous ensemble le défi de réunir 36 000 signatures d'ici 2013.

Parrainez vos proches, vos clients, au comité de soutien pour la candidature UNESCO de la grotte Chauvet Pont-d'Arc.

Accéder au bulletin de parrainage

Un tirage au sort parmi tous les parrains et filleuls aura lieu le 30 novembre 2012.
6 lots en jeu : 3 week-ends à Paris pour participer aux soirées Chauvet Pont-d'Arc du théâtre du Rond-Point ; 3 coffrets cadeaux autour des plus beaux sites UNESCO français. 1 lot par personne. Jeu accessible aux personnes majeures


Comme nous, soyez fiers de l'héritage artistique légué par nos ancêtres les peintres aurignaciens.



 
L'équipe du Grand Projet
LA GROTTE Chauvet Pont-d'Arc



Toutes les informations ainsi que les bulletins de commandes de la documentation, affiches, autocollants du Grand Projet LA GROTTE Chauvet Pont-d'Arc sont en ligne :

• sur notre site internet : www.lagrottechauvetpontdarc.org
• sur notre page facebook : La grotte Chauvet restituée





Repost 0
Danièle Soubeyrand-Géry - dans Mes engagements
commenter cet article